Les idées reçues des Français face à la COP et au climat et sur leurs comportements

 L’étude IFOP pour Solutions COP21 sur les idées reçues des Français face à la

COP et au climat et sur leurs comportements révèle 2 grandes tendances : les

Français sont conscients qu’ils vont devoir modifier leurs modes de vie pour

s’adapter au changement climatique et pour eux, ils ont un rôle moteur à jouer.

Les deux grandes tendances

 

1/ Les Français sont conscients qu’ils vont devoir modifier leurs modes de vie pour s’adapter au changement climatique et pour eux, ils ont un rôle moteur à jouer. Le temps des solutions est plébiscité : ils attendent de la prochaine séquence des solutions concrètes qu’ils pourront mettre en oeuvre en tant qu’individu. Bien que 40% des sondés n’ont pas encore entendu parler de la COP, ils sont une majorité à reconnaître qu’il s’agit de la prochaine conférence de l’ONU sur le climat (76%). Ils n’esquivent pas le sujet sur les impacts et pour eux, nous allons bien devoir modifier nos modes de vie pour s’adapter au changement climatique (86%), lutter contre le changement climatique doit être une priorité dans le contexte économique actuel (83%), car un monde un peu plus chaud de quelques degrés dans les années à venir est vraiment dangereux pour nos conditions de vie sur la planète (81%).

 

2/ Selon eux les meilleures solutions pour limiter les émissions de gaz à effet de

serre sont d’abord la modification de nos habitudes de consommation (19%), ce

chiffre montant à 30% pour les 18-24 ans, devant un plus grand recours aux

énergies renouvelables (16%) et une meilleure entente des pays du monde (16%). Ainsi, ils n’esquivent pas leur propre responsabilité et à titre individuel attendent à l’occasion de cette conférence plus d’informations sur les solutions concrètes qu’ils pourront mettre en oeuvre en tant qu’individu (40%), plutôt qu’une meilleure information pour mieux comprendre la problématique liée au climat (20%) ou un déclic individuel (9%). Les Français seraient susceptibles de changer d’abord leur façon de consommer en général (30%) et leur consommation d’énergie en général (22%) pour limiter l’impact sur le climat. Enfin, pour la plus grande partie d’entre eux, c’est l’aspect

financier qui pourrait freiner le changement de leurs habitudes (48%).

 

Cette étude marque un vrai tournant dans la perception des Français quant à leur responsabilité et à leur capacité d’action face au changement climatique. Là où on aurait pu attendre qu’ils privilégient le rôle des États, des organisations ou des entreprises pour lutter contre ces phénomènes, ils ont aujourd’hui conscience qu’ils détiennent une partie de la solution, par leurs comportements, et notamment leur consommation. Le déclic est là, et c’est encore plus vrai auprès des plus jeunes générations.

 

 

Plus d’infos sur : http://www.solutionscop21.org/fr/les-francais-et-leur-implication-en-faveur-du-climat/

 

 

Alain Chauveau


Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Renee Bensinger (mardi, 31 janvier 2017 14:46)


    Undeniably imagine that that you said. Your favourite justification seemed to be at the internet the simplest thing to be aware of. I say to you, I certainly get irked even as folks think about issues that they just do not realize about. You managed to hit the nail upon the highest and also outlined out the entire thing with no need side effect , people can take a signal. Will likely be back to get more. Thanks

Université d'été

Lab'

Mornings

Conférences