"Cap sur la COP21"

 

La France va accueillir et présider la vingt-et-unième Conférence des parties de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques de 2015 (COP21/CMP11), aussi appelée « Paris Climat 2015 » du 30 novembre au 11 décembre 2015.

Les enjeux de la COP21

Un accord international post-Kyoto

COP est l’acronyme de « Conférence des parties ». Une COP est la réunion, tous les ans, des 196 États « parties », lors de conférences mondiales où sont prises des décisions pour respecter les objectifs de lutte contre le changement climatique. La COP qui se tiendra à Paris sera la 21e d’où le nom de « COP21 ». « Paris Climat 2015 », autre nome de la COP21, est une échéance cruciale, puisqu’elle doit aboutir à un nouvel accord international sur le climat, applicable à tous les pays, dans l’objectif de maintenir le réchauffement mondial en deçà de 2°C. En effet, depuis 1997, la CCNUCC s’appuie sur un socle juridique contraignant, le Protocole de Kyoto. Il engage les parties signataires à réduire, sur la période 2008-2012, leurs émissions de gaz à effet de serre (5 % en moyenne par rapport à 1990), mais avec des objectifs variant d’un pays à l’autre. Après l’échec de la COP 15 à Copenhague en 2009, il a été décidé qu’un nouvel accord devra être obtenu en 2015 pour une mise en oeuvre à partir de 2020

Un challenge : les 2°

Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) qui regroupe 2300 scientifiques du monde entier, a remis en octobre 2014, son 5ème rapport d’évaluation sur le changement climatique. Ce rapport vient d’abord renforcer la certitude de la responsabilité des activités humaines de l’Homme dans le réchauffement de l’atmosphère et de l’océan. Le dérèglement climatique est déjà là. Il affecte les écosystèmes, les espèces et les activités humaines. Selon les scientifiques, sans effort supplémentaire de réductions de gaz à effet de serre, nous sommes sur une hausse allant de 3,7°C à 4,8°C. Et pour contenir le réchauffement moyen de la planète à 2 °C, il faudra réduire les émissions mondiales entre 40 % et 70 % d'ici 2050 et les ramener à un niveau « proche de zéro » d'ici à 2100.


L’Agenda des Solutions : la société civile impliquée…

A la suite de la COP 20 de Lima, un « Agenda des solutions », porté par la France, recouvre des initiatives coopératives, portées par des acteurs de la société civile (entreprises, collectivités, organisations internationales, ONG, populations autochtones, etc.). Cet ensemble viendra compléter les engagements des États et porter un message d’opportunités économiques et sociales.

Pour la première fois dans l’histoire des COP, les négociations à Paris ne déboucheront pas seulement sur un accord global au niveau des états mais aussi sur des engagements d’acteurs non étatiques. Car, la transformation de notre modèle de société ne se fera pas sans partenariats entre acteurs publics et privés, ni sans coalitions internationales d’agences, d’entreprises…

Site pour recenser les initiatives portées par les acteurs non gouvernementaux : http://climateaction.unfccc.int

 

Communication et COP21 à la 13ème édition de l’UECDD

Le 26 août, lors de la seconde journée de l’Université d’été de la communication pour le développement durable (http://www.communicationdeveloppementdurable.com), ouverte à tous, la matinée permettra d’entendre des interventions de haut niveau, ainsi qu’un point d’actualité global centré sur la Conférence mondiale pour le climat Paris 2015 et le rôle de la communication. 3 tables-rondes aborderont les thématiques suivantes : “L’événement pour accélérer la collaboration multi-acteurs ?”; La COP21 sur internet… de l’effet « like » sur les réseaux sociaux à la contribution ?”; “Concertation et COP21”.

En avant-première, nous vous présentons quelques-uns des sujets, événements, etc. qui seront abordés dans ces tables-rondes…

Écrire commentaire

Commentaires : 0

Université d'été

Lab'

Mornings

Conférences