Communication et marketing responsables, territoires d'innovation et de reconnexion avec les consommateurs

 

Tel était le thème de la matinée du 15 décembre 2015, où l'Union des annonceurs (UDA) fêtait le 8e anniversaire de sa Charte d'engagements des annonceurs pour une communication responsable et le 2e anniversaire de la plateforme Réussir avec un marketing responsable.

La Charte d'engagements des annonceurs pour une communication responsable de l'Union des annonceurs (UDA) a fêté son 8e anniversaire le 15 décembre 2015. EDF et Fleury Michon ayant rejoint la Charte en 2015, celle-ci compte désormais 50 groupes ou entreprises signataires, qui ont une nouvelle fois publié un reporting pour partager les actions qu'ils ont mises en place sur chacun des

engagements : elles sont consultables dans la rubrique "communication responsable" du site internet de l'UDA, www.uda.fr/communication-responsable/charte-uda.

Les tendances majeures de l'année

Cette année, cinq tendances majeures sont à noter :

▪ Un ancrage de la communication responsable dans la stratégie : la majeure partie des actions recensées sont désormais permanentes ou récurrentes (57 % des actions font partie de la "base" installée avant 2015 vs 51 % l’an dernier). Les engagements sont pour la plupart inscrits dans des codes dédiés à la communication et/ou au marketing responsable. Les signataires sont aussi plus nombreux à diffuser ces principes à l’international (un tiers l’a fait ou compte le faire).

▪ Une réouverture aux parties prenantes externes : la sensibilisation des prestataires de communication sur ces sujets est repartie à la hausse après une baisse l’année passée. Il en est de même pour l’implication d’experts dans les démarches de sensibilisation internes/externes (consignes pour un usage responsable des produits, sensibilisation des salariés aux enjeux environnementaux, etc.), ce qui permet de renforcer la crédibilité du discours tout en le

rendant plus impactant (86 % le font ou comptent le faire).

▪ Des actions spécifiques au niveau des marques : plusieurs signataires ont mis en place des codes de communication responsable spécifiques pour leurs marques. La quasi-totalité (93 %) initie par ailleurs, à travers les marques, des actions de sensibilisation à un usage responsable des produits.

▪ Une forte attention portée aux enjeux du digital : de plus en plus de signataires (34 %) mettent en oeuvre des codes ou des formations spécifiques aux médias sociaux. L’utilisation des données personnelles est également au coeur des préoccupations : les entreprises sont plus nombreuses à réaliser des chartes dédiées ou à nommer des CIL (correspondants Informatique et libertés). Un enjeu est cependant encore peu traité : celui de l’impact environnemental de la communication numérique (consommation énergétique des serveurs…), en dépit d'une tendance forte à la

dématérialisation des outils de communication.

 

▪ Un recours croissant à des prestataires issus de l’économie sociale et solidaire : 38 % des signataires (vs 29 % en 2014) font appel à des ESAT (établissements et services d'aide par le travail), EA (entreprises adaptées) ou entreprises d’insertion, en particulier pour la réalisation de supports print ou d’événements.

Les tendances du marketing  de demain

 

 

Lancée en 2013, la plateforme www.reussir-avec-un-marketing-responsable.org est une initiative collective qui a pour but de démontrer aux marketeurs et aux entreprises le triple bénéfice (pour la société, les consommateurs et la marque) des offres qui intègrent une démarche de responsabilité environnementale et sociale et de les aider à comprendre les clefs de succès de tels projets.

Cette année, 12 initiatives ont rejoint la plateforme, soit au total, depuis 2013, 39 bonnes pratiques qui annoncent les tendances du marketing de demain :

- L'économie circulaire au cœur des pratiques : de plus en plus de marques placent au cœur de leur offre l'intégration de matière recyclée, parfois issue de leurs propres déchets. Des systèmes plébiscités par les consommateurs, comme le prouve le succès des démarches de Tefal (intégration d'aluminium recyclé grâce à des opérations de récupération d'articles culinaires en magasin) ou d'Ikea (gamme Skrutt).

- Des initiatives de plus en plus collaborative et ouvertes : une grande majorité des démarches se sont développées avec l'implication de toute la chaîne de valeur (fournisseurs, recycleurs, clients), voire avecdes acteurs de différents secteurs : c'est le cas du projet Eau'Dodo, qui rassemble Vittel et Dodo.

- Le rôle "sociétal" des entreprises : les nouvelles solutions développées par les entreprises pour diminuer leurs impacts peuvent contribuer à un intérêt plus large, comme l'atteste par exemple le développement de la filière de recyclage du petit aluminium par Nespresso.

- L'amélioration du bénéfice consommateur : les entreprises relient de mieux en mieux écoconception et amélioration du bénéfice consommateur. Grâce à Greencab par exemple, les taxis G7 proposent à leurs clients un moyen de déplacement moins impactant, mais aussi plus silencieux. L'offre Ywood Business de Nexity a également su optimiser le confort d'usage.

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Ted Belfield (dimanche, 22 janvier 2017 08:52)


    I have read so many articles on the topic of the blogger lovers however this piece of writing is actually a good piece of writing, keep it up.

Université d'été

Lab'

Mornings

Conférences