"C’est le chant de la métamorphose, et nul ne l’a entendu avant nous

- le chant où les esthétiques, les rêves, et même les religions, ne sont plus

que les livrets d’une inépuisable musique." - André Malraux 

 

 

Les mutations actuelles ne sont pas forcément plus révolution- naires que celles du passé - l’invention de l’écriture, la Renaissance ou la machine à vapeur - mais elles sont carac- térisées par la multiplicité, la synchronicité planétaire et surtout l’accélération. Tout va vite, très vite... trop vite ? 

 

La règle de l’urgence prévaut pour la transition énergétique, le chômage, l’évitement des pollutions nuisibles pour la santé, la cohésion sociale, l’évolution des modes de vie...

 

Est-il réellement réaliste de croire que l’on peut maîtriser l’ensemble des évolutions et surtout faut-il chercher à vraiment tout contrôler ?

 

Nos outils démocratiques, fondés sur l’équilibre actuel entre représentativité et participation, sont-ils adaptés ? La vision de la démocratie est aujourd’hui tiraillée entre, d’un côté, plus de capacité contributive de chacun (facilitée par l’internet), de l’autre, une approche plus collective, qui recherche l’intérêt général au risque de devenir totalitaire dans la démarche et d’aboutir à de nouvelles injustices. La question de la responsabilité prend plus de place, les positions sociétales se renégocient, notamment dans les entreprises par les politiques RSE.

Des mêmes réflexions croisent toutes les dimensions sociétales, culturelles et écono- miques : sécurité, santé, éducation, emploi, migrations, accès à une alimentation de qualité, innovation, création…Même la protection de l’environnement est prétexte à des approches unilatérales, ou chacun a raison pour l’autre.

 

L’objectif d’améliorer la qualité de vie est heureusement de plus en plus partagé, mais il se confronte à la tension permanente entre la satisfaction de participer à la transformation du monde et l’absence de repères, au vertige généré.

 

L’association ACIDD après avoir exploré et mobilisé les acteurs sur la communication responsable, les contributions positives pour le développement durable du numérique, la relation entre médias et développement durable, de nouvelles approches spatiales, s’engage à l’élaboration de scénarios prospectifs, résolu- ment positifs.

 

Alors que le début du 20è siècle était plein de rêves, d’envie de futur, le nôtre est plein d’inquiétudes, faisant poindre l’idée qu’il faudrait renoncer à la notion même de progrès humain, puisque les enfants auraient une qualité de vie moindre que leurs parents !

 

Gilles Berhault

Délégué général ACIDD 

 

 


"Nous sommes tous acteurs : 

être citoyen, ce n’est pas vivre en société, c’est la changer".

Augusto Boal

 

Le projet est d’apporter des clefs de compréhensions et de décisions à l’ensemble des décideurs publics et privés.

 

Il s’inscrit dans une logique humaniste et universaliste, dans l’esprit des Objectifs mondiaux de développement durable de septembre 2015 et dans la capitalisation de 15 ans d’action d’Acidd.

 

La vision est résolument multi-acteurs... L’objectif est de relier prospective et généralisation des changements de comportements.

 

Nous sommes à la convergence des métamorphoses du numérique, du développement durable, de la gouvernance, des cultures... dans une inclusion des territoires, de l’économie et des démarches citoyennes.

 

Un Lab’ est au cœur d’une démarche globale, au sein d’un dispositif qui intègre l’Université d’été de fin août à Bordeaux, les Mornings du développement durable (mensuels), des conférences, une newsletter...

 

Des partenaires soutiennent et surtout contribuent à travers la fondation "Lost in transition ?". Ils en tirent de grands profits, rejoignez-les ! 

 

 


Université d'été

Lab'

Mornings

Conférences